PHARMA : Scandale au sein du ministère de l’industrie pharmaceutique.

PHARMA : Scandale au sein du ministère de l’industrie pharmaceutique.

Dans une période de pandémie mondiale de coronavirus, où tous les pays du monde œuvrent à trouver des solutions et gérer cette crise sanitaire, en Algérie, le secteur pharmaceutique cri au scandale.

Depuis l’apparition du coronavirus (sars-cov-2) sur le sol Algérien en février 2020, les autorités compétentes ont du mal à contenir le virus et très rapidement la situation devient incontrôlable malgré les chiffres « officiels » qui montrent une baisse des contaminations.

Le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique, Abderahmane Benbahmed au cœur du scandale.

C’est dans cette situation incontrôlable, ce tunnel où l’on ne voit pas encore le bout, que le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique, Abderahmane Benbahmed attire l’attention avec une affaire qui scandalise le secteur pharmaceutique.

En effet, le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique, Abderahmane Benbahmed est soupçonné de « favoriser » l’un de ses amis les plus proches en lui accordant des « marchés » pour écouler ses stocks de tests covid-19 rapides jugés INNEFICACE par plusieurs laboratoires et institutions de santé. 

Une petite société d'importation de matériel médical qui devient "leader" fournisseur de l'État !

Pour bien comprendre cela, il faut se mettre dans le contexte au début de l’apparition de l’épidémie de coronavirus en Algérie.

Le gouvernement Algérien à décider au printemps 2020 d’agir face à l’épidémie et cela en produisant localement des kits de tests de dépistage rapides de la covid-19.

Et c’est dans ce contexte-là qu’entre en jeu un acteur privé, la SARL IMD laboratoires (Innovation Médicale et Diagnostique) de Karim Abdennbi, une société d’importation de matériel médical choisi non pas par sa compétence mais par sa « proximité » avec le ministre délégué, alors qu’il existe plusieurs autres laboratoires beaucoup plus qualifiés pour cette tache si cruciale pour le pays et surtout le peuple Algérien.

Des kits de dépistage de la covid-19 innutilisables.

C’est dans un article publié ce jeudi 10 décembre 2020 par le journal Elitepress que ce scandale a vu le jour, il à été démontré que le gérant de la SARL IMD , Karim Abdennbi, s’est allié à une société de production de bandelette pour des dispositif d’autosurveillance de la glycémie Vital Care, et ce, dans le seul but de ce donner une image « crédible ».

Vital Care est une entreprise algérienne, créée en 2016, spécialisée dans la production locale de bandelettes destinées aux appareils d’auto surveillance glycémique « Vital check », ces derniers sont importés.

Dans leur enquête qui a durée plusieurs mois, le journal Elitepress affirme que les tests de dépistages de la Covid-19 produits par Vital Care et la SARL IMD sont totalement inutilisables et sont insensibles selon pas moins de 28 laboratoires contactés par la rédaction du journal Elitepress.

Comment des tests dit "inefficaces" se sont retrouvés dans pratiquement tous les hôpitaux et institutions publiques ?

La SARL IMD et Vital Care se sont retrouvés avec un stock immense de tests rapide sous les bras, après que leur efficacité a été mise en lumière.

D’après le journal Elitepress, c’est grâce à Karim abdennbi et à sa proximité avec le ministre délégué, qui a usé de son influence pour aider son ami a écouler ses stocks de tests de dépistage, vu qu’aucun laboratoire privé ou presque n’en voulait, et quoi de mieux comme solution que « d’imposer » ces tests que l’on rappelle sont inutilisables, aux hôpitaux publics, instituions publiques et toutes les entreprises publiques.

 

Qu'en est-t 'il des tests PCR ?

Les tests de dépistage PCR font aussi partie de cette mascarade, en effet, d’après la rédaction du journal Elitepress, la SARL IMD et vital Care se retrouvent avec une usine de production de tests PCR toute neuve ! pas encore en production. Néanmoins, avec l’arrivée des vaccins cela peut être un coup dur pour cet investissement faramineux.

Il faut savoir que c’est grâce à Karim Abdennbi que le prix des tests PCR est si élevé, d’après le journal, la SARL IMD est la seule à bénéficier d’autorisation au niveau du port d’Alger pour effectuer l’importation des tests PCR et les revendre aux différents laboratoires et hôpitaux.

Un monopole qui met en colère plusieurs acteurs pharmaceutiques qui sont obligés d’Acheter au prix fort ces tests PCR chez IMD.

Mais avec cette usine neuve et l’arrivée des vaccins d’ici quelques mois, le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique a indiqué une « baisse » des prix des tests PCR, et ce, dans le but d’aider Vital care et la SARL IMD de faire un retour sur leurs investissements.

Vous pouvez  lire l’intégralité de l’article du journal Elitepress en cliquant ici

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp

Laisser un commentaire