Santé : stress, anxiété et migraine, que faire ?

Santé : stress, anxiété et migraine, que faire ?

Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on twitter

Dans une ère où tout va vite, où on se retrouve avec une montagne de choses à faire durant un lapse de temps très court, il est très facile de sombrer dans le cercle infernal du stress, de l’anxiété et pour certains, atteindre le BURN-OUT , il perturbe la vie quotidienne de millions de personnes et a des répercussions sur leur santé en provoquant des migraines et sur le long-terme des maladies cardio-vasculaire.

Apprendre à gérer son stress.

  1. La respiration : Essayez de pratiquer la respiration diaphragmatique, outre une meilleure oxygénation, cela devrait vous permettre de retrouver le calme. En fait, il existe deux types de respiration : la respiration thoracique, et la respiration diaphragmatique. Dans la première, durant la phase d’inspiration, la cage thoracique se gonfle et les épaules se relèvent. C’est celle que la plupart d’entre-nous pratiquent. Elle ne permet le remplissage que de la moitié des poumons et diminue donc notre capacité respiratoire. Ce type de respiration met le corps dans un état de stress constant. La respiration diaphragmatique, permet à l’inverse de remplir totalement les poumons d’oxygène. Lors de l’inspiration, c’est le bas du ventre qui se gonfle et le diaphragme qui s’abaisse. Elle permet de diminuer les tensions musculaires et de maîtriser les effets du stress.
  2. Le sport: L’exercice physique permet d’éliminer de nombreuses toxines, et de faire baisser le taux d’adrénaline sécrétée en situation de stress et augmenter la sécrétion d’hormones du bonheur, Ainsi, une bonne routine d’exercices physiques aide à gérer les effets liés au stress.
  3. Se confier: Des études ont montré que les personnes qui ne se confient pas sont plus stressées que celles qui s’ouvrent facilement aux autres. Parler permet d’extérioriser les sentiments refoulés. De plus, il est toujours utile de connaître l’avis d’une personne extérieure sur ses propres problèmes. Elle pourra éventuellement vous proposer des solutions auxquelles vous n’aviez même pas songé, car vous étiez affectivement trop impliqué. Mais sachez choisir vos interlocuteurs.
  4. Gérer son temps: Une mauvaise gestion du temps nous donne l’impression d’être débordé en permanence et de ne plus rien maîtriser, ce qui est un grand inducteur de stress. C’est pourquoi il est essentiel d’apprendre à gérer son temps au quotidien.
  5. Méditer: Il est souvent utile de pratiquer quelques exercices de relaxation. Applicable en toute occasion lorsqu’elle est bien maîtrisée, elle permet de diminuer considérablement les effets physiques du stress, notamment en abaissant les rythmes du pouls et de la respiration, et en diminuant le taux d’adrénaline.

l'anxiété.

L’anxiété est une réaction normale qui devient une maladie lorsqu’elle survient alors qu’aucun événement ne la justifie vraiment. On parle alors de troubles anxieux, incompatibles avec la vie quotidienne. L’anxiété peut prendre plusieurs formes : anxiété généralisée, phobies, troubles paniques ou troubles obsessifs compulsifs, les TOC. Les troubles anxieux s’expriment de très nombreuses manières selon l’histoire familiale et personnelle du patient, son hérédité, son imaginaire ou les causes des premiers épisodes d’anxiété.

Comment traiter et diminuer son anxiété ?

Dans un premier temps, il est possible de se tourner vers des méthodes naturelles. Si vous souffrez d’une anxiété légère, avec difficulté d’endormissement et phases de nervosité, la relaxation peut vous aider : la pratique du yoga, de la relaxation, de la méditation, de l’hypnose ou autohypnose et la prière, mais aussi du sport… est efficace pour lutter contre les tensions physiques et les troubles du sommeil.

Certaines plantes peuvent également aider à restaurer votre humeur et votre sommeil comme par exemple (l’aubépine, la rhodiole, le houblon…)

La respiration profonde comme pour le stress. Asseyez-vous tranquillement, bien installé et au calme. Posez une de vos mains sur le ventre et l’autre sur la poitrine. Respirez profondément en gonflant au maximum le ventre tout en veillant à ce que l’autre main, celle sur la poitrine, ne bouge pas. Respirez par la bouche en pinçant légèrement les lèvres et en veillant à respirer le plus naturellement possible.

traitement médicamenteux.

Si vous ne parvenez pas a maitriser votre anxiété alors dans ce cas de figure une consultation chez votre médecin est fortement conseillé, celui-ci pourra vous prescrire un traitement anxiolytique sur une courte période, le temps de traverser la période difficile. Les plus courants sont les benzodiazépiness. Elles ont un effet rapide et diminuent les effets émotionnels et physiques. Leur utilisation doit être très prudente, car des molécules peuvent créer une certaine accoutumance voire un état de dépendance. Des antihistaminiques ou antidépresseurs peuvent également avoir certaines vertus anxiolytiques. Une thérapie peut accompagner ou remplacer la prise d’anxiolytiques quand l’anxiété perdure sur du long terme, comme des thérapies cognitives et comportementales.

Enfin , la migraine !

Nous terminons cet article sur le dernier point qui est « la migraine », cette maladie complexe qui est déclenché par plusieurs facteurs environnementaux et génétiques. Avant de parler des traitement de la migraine, il faut tout d’abord savoir identifier ses causes, et ainsi essayer un traitement médical ou naturel adéquat. Le patient migraineux a une réactivité au stress accrue. Le stress est souvent identifié comme facteur déclenchant. Les migraines intenses qui se répètent souvent deviennent un facteur de stress. L’anxiété et la dépression sont souvent associées à la migraine. Le patient migraineux est en effet plus vulnérable aux troubles anxieux et dépressifs, sachant que lorsque ces troubles sont présents ils favorisent la survenue des crises. Selon le site internet migraine.fr , les migraines peuvent être « héréditaires » , les facteurs génétiques sont probablement plus importants dans la migraine avec aura que dans la migraine sans aura. Si on retrouve dans une même famille de nombreux migraineux, on considère alors la migraine comme héréditaire. La transmission de la migraine repose très probablement sur plusieurs gènes, ce qui explique les sauts de génération dans certaines familles.

Laisser un commentaire