Système immunitaire, c’est quoi ? comment ça marche ?

Système immunitaire, c’est quoi ? comment ça marche ?

Notre organisme est constamment sous la menace d’intrusion de corps étranges tell que les virus, bactéries, parasites, microbes ou autre. Pour contrer cela, il utilise son système de défense qui est le système immunitaire muni de plusieurs cellules tel que les anticorps, les lymphocytes B et T.

Le système immunitaire, qu'est-ce que c'est ?

Le système immunitaire est un système biologique complexe, hérité à la naissance et qui évolue constamment au gré des contacts avec les différents corps étranges de l’environnement extérieur, il est constitué d’un ensemble coordonné d’éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le soi du non-soi. Ce qui est reconnu comme non-soi est détruit ou rejeté, comme par exemple les virus, les microbes, les agents pathogènes, bactéries et virus.

On appelle réponse immunitaire l’activation des mécanismes du système immunitaire face à la reconnaissance de non-soi, agressive ou pas, face à une agression ou à une dysfonction de l’organisme.

Les composants du système immunitaire.

Le système immunitaire se compose de trois (03) couches : 

  1. la barrière épithéliale qui est la peau, les muqueuses et l’acidité gastrique.
  2. les mécanismes de défense non spécifique ou innée dérivant des cellules de la lignée myélocytaire.
  3. les mécanismes de défense spécifique dérivant des cellules de la sécrétion de protéines spécifiquement dirigées vers les agents pathogènes extracellulaires les anticorps produits par les lymphocytes B. Cette immunité est appelée immunité humorale. D’autre part, les pathogènes intracellulaires sont pris en charge par les lymphocytes T, cette immunité est appelée immunité cellulaire.

Comment ça marche ?

Le système immunitaire dispose de deux mécanismes de défense majeurs qu’il utilise selon le « danger », le mécanisme de défense spécifique (adaptive) et le mécanisme de défense non-spécifique (innée).

Mécanisme de défense innée (non-spécifique).

Le système inné est un mécanisme très rapide de défense aux infections, il permet souvent d’arrêter un agent pathogène ou, du moins, de permettre l’activation du système de défense adaptatif qui a des armes plus puissantes et plus spécifiques pour arrêter l’agent pathogène.

Il est déclenché par des récepteurs reconnaissants des structures moléculaires uniques aux agents pathogènes ou par des molécules signifiant les dégâts.

Le mécanisme de défense innée se compose de :

  • la peau, qui est le premier et le plus important élément du système de défense innée. La peau empêche l’entrée de la plupart des corps étrangers en secrétant des cytokines, des chimiokines et des peptides anti-microbiens dès qu’un agent pathogène tente de pénétrer. 
  • les muqueuses, qui sont un liquide qui recouvrent les voies digestives, oropharyngiennes (bouche, nez) ainsi que les voies respiratoires et urogénitales.

Le mécanisme de défense adaptive (spécifique).

Le mécanisme de défense spécifique se déclenche dès qu’un agent pathogène est reconnu (grâce à ses récepteurs cellulaires de pathogénicité) par ces trois acteurs qui sont les organes lymphoïdes, les lymphocytes B et lymphocytes T, ce sont eux qui reconnaissent, signalent et déclenchent la réponse immunitaire qui sera soit humorale ou cellulaire

Le système immunitaire humorale.

Le système immunitaire humoral agit contre les virus et autre agents pathogènes avant leur pénétration dans les cellules de l’organisme. Des anticorps seront sécrétés par les lymphocytes B pour détruire les agents pathogènes extra-cellulaires.

Le système immunitaire cellulaire.

Le rôle principal du système immunitaire cellulaire est de détruire et neutraliser les agents infectieux intracellulaires (cellules infectées par un agent pathogène). Les cellules responsables de la destruction des pathogènes intracellulaires sont les lymphocytes T et ce, en injectant des substances toxiques directement au niveau des cellules infectées.

La mémoire immunologique.

La mémoire immunologique se développe avec l’âge, elle garde les traces de lutte de l’organisme ou du système immunitaire contre les agents pathogènes qui sont passés, elle permet d’avoir une réponse immunitaire plus rapide et efficace quand un corps étrange (non-soi) est reconnu dans l’organisme. Elle se construit naturellement ou à l’aide de vaccins.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire