Vaccin Pfizer & BioNTech : un défi logistique mondial.
Un congélateur dans un hôpital de Milan qui permet de garder les vaccins contre le Covid à une température de -75°C. — Nicola Marfisi/AGF/SIPA

Vaccin Pfizer & BioNTech : un défi logistique mondial.

La conservation difficile du vaccin de Pfizer & BioNTech obligent les autorités locales, les transporteurs et les centres de vaccination à investir dans des « super-congélateurs » ou de la neige carbonique.

Un défi logistique jamais vu.

Le vaccin contre la Covid-19 du géant américain Pfizer et l’allemand BioNTech a déjà commencé à être distribué au Royaume-Uni (plus de 140 000 personnes qui ont reçus une dose du vaccin en ce moment). En plus, depuis la publication des résultats de l’essai clinique de ce dernier par la revue américaine  « New England Journal of Medicine », la demande a explosé partout en Europe.

Il faudra réussir une opération logistique rarement vue dans l’histoire de l’humanité pour en finir avec la pandémie : acheminer et distribuer des milliards de doses de vaccins contre le Covid-19.

Le laboratoire va assurer la production sur son site belge de Puurs – la plus grande de ses usines dans le monde -, qui produit déjà 400 millions de doses de vaccin en tout genre. Concernant celui contre la Covid-19, l’entreprise a déjà investi plus de 2 milliards de dollars pour le développement et la production. David Lepoitevin est directeur de la division vaccins de Pfizer France :

« Si on veut conserver nos vaccins jusqu’à 6 mois, on doit utiliser des congélateurs à basse température, à environ – 70 degrés. Mais il y a d’autres possibilités si les délais sont plus courts : on peut utiliser un contenant thermique spécialement conçu pour cette vaccination et qui nous permet de conserver les dosses jusqu’à 30 jours, de façon autonome avec une simple recharge en gaz carbonique. Et on peut aussi le conserver de manière classique entre 2 et 8 degrés, dans un réfrigérateur, pour une durée de 5 jours. » David Lepoitevin, directeur de la division vaccins de Pfizer France.

contenaire frigorifique
Des conteneurs réfrigérés au terminal fret de Roissy Charles de Gaulle : ces équipements pourront servir à transporter des doses de vaccin.• Crédits : Maxime Tellier - Radio France

Qu'en est-t 'il de l'Algérie ?

Selon les dernières informations connus, l’Algérie se penchera très probablement pour le vaccin Russe « Sputnik V », car d’après l’ambassadeur russe en Algérie Igor Beliaïev, il est possible que le vaccin « Sputnik V » soit produit localement en Algérie avec le soutien des scientifique russe pour tout ce qui est transfert de technologie et formation.

Le dit soutien passera par l’intermédiaire du Fonds souverain russe. Ce fonds d’État est chargé de distribuer le vaccin à l’étranger. « La Russie se tient prête à aider l’Algérie pour produire le vaccin localement ». C’est ce que réaffirme l’ambassadeur.

Le vaccin « sputnik V » a un taux d’efficacité de 95% selon les autorités russe.

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp

Laisser un commentaire