VACCIN : Saïdal aura l’exclusivité de la production du spoutnik-V en Algérie

VACCIN : Saïdal aura l’exclusivité de la production du spoutnik-V en Algérie

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

ALGER-La production du vaccin russe anti-Covid19 Sputnik V en Algérie, se précise. Ce n’est qu’une question de temps.  « Elle se fera en partenariat avec la Russie », selon le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed.

Il a dans ce sens, fait savoir que la production sera assurée exclusivement par le groupe pharmaceutique public « Saïdal ».

«Le Fonds russe d’investissement direct (RDIF) qui exploite la commercialisation du vaccin russe «Sputnik V» développé par l’Institut de recherche d’épidémiologie et de microbiologie (Gamaleya), avait déjà fixé, depuis trois mois, certains pays disposant de capacités pour la production de ce vaccin, dont l’Algérie pour la région Mena»

M.Lotfi Benbahmed

« Nous avons de notre côté répondu il y a dix jours favorablement à ce choix », a fait savoir le ministre pour qui, cette décision « a été prise après plusieurs concertations entre le ministère de l’Industrie pharmaceutique et l’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) et experts de Russie, représentant le RDIF et l’Institut Gamaleya ».

« Des concertations aux termes desquelles, une plateforme technique nous a été fournie, comprenant les données techniques indispensables à la fabrication du vaccin et qui sont à l’étude actuellement entre les experts algériens et leurs homologues russes, à l’effet de déterminer les étapes de production, ainsi que les moyens matériels et humaines devant être mis en place, dans le but de lancer la production locale du vaccin », a ajouté le ministre.

A ce titre, « le partenariat se fera entre le RDIF et le Groupe pharmaceutique public « Saïdal » qui a été choisi exclusivement pour la production de ce vaccin, et ce au vu des moyens techniques et humains dont il dispose », a précisé le ministre qui affirme que Saïdal possède les capacités de production du vaccin à partir de la matière première qui sera fournie par la partie russe.

Rappelant qu’outre le Groupe Saidal, un opérateur privé est également en cours de négociations pour parvenir à produire le vaccin en Algérie, le laboratoire Frater-Razes en l’occurrence, le directeur général de l’ANPP a assuré que le pays « possède les capacités de produire des vaccins à travers des processus chimiques mais aussi via la biotechnologie ».

De plus, il a souligné que le vaccin anti-covid19 russe Spoutnik V est « l’un des plus performants dans le monde en termes d’efficacité, enregistrant de faibles effets secondaires ». Un vaccin qui connait, a-t-il indiqué, un taux d’efficacité de 91,6 %.

S’agissant de l’enregistrement des vaccins anti-Covid19 en Algérie, M. Mansouri a fait savoir que l’ANPP a pris des mesures spécifiques afin d’enregistrer les vaccins et permettre la signature rapide des contrats d’acquisition de ces derniers en Algérie.

Vers une production locale de A à Z du vaccin spoutnik

Les deux parties, russe et algérienne, veulent produire la matière première en Algérie, ce qui fera de ce vaccin, un produit 100% local, a fait savoir le ministre Lotfi Benbahmed.

Pour ce faire, ce partenariat algéro-russe sera fera en deux étapes. La 1e est « la production locale à partir de la matière première devant être fournie par la partie russe, ensuite la production de la matière première en Algérie, puis la production locale de ce vaccin dans son entier », a expliqué M. Benbahmed qui note que « la production de la matière première grâce à la technique biotechnologie, sera une première en Algérie et dans le continent africain ».

L’Algérie a été choisie pour le transfert de cette technologie et la production du vaccin, car étant un pays ami de longue date et un partenaire économique de la Russie, a expliqué le ministre.

Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l’installation, la semaine dernière, de deux commissions, la première devant se charger de l’organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. Les deux commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production.

Quant aux quantités de vaccin à produire localement, le ministre a fait savoir que « l’objectif est de produire des quantités suffisantes pour couvrir la demande nationale », ajoutant que « la maitrise de la biotechnologie permettra de réaliser la sécurité sanitaire avec une production locale et nous allons produire des vaccins selon la demande ».

« La maitrise de cette technique permettra à l’Algérie d’accéder au réseau internationale de la production des vaccins développés »

M.Lotfi Benbahmed

Laisser un commentaire