Zytiga
Zytiga

Zytiga

Zytiga

Des chercheurs australiens ont modifié la formulation de l’abiratérone acétate, commercialisé sous le nom de Zytiga. Cette nouvelle version est plus efficace et provoque moins d’effets secondaires.  

Le Zytiga est un médicament anti-androgène, prescrit dans le traitement du cancer de la prostate. Il bloque la production de testostérone, mais peut avoir des effets secondaires dont l’apparition d’œdèmes ou de diarrhées. Des scientifiques de l’université d’Australie du Sud ont modifié la formulation du traitement afin d’augmenter son efficacité tout en réduisant l’apparition de ces effets indésirables.

 

 

Un médicament contraignant

Beaucoup de médicaments sont difficilement solubles dans l’eau, explique Hayley Schultz, autrice de la recherche. Lorsqu’ils sont ingérés, ils vont dans l’intestin mais ne se dissolvent pas, ce qui signifie que leur effet thérapeutique est limité.” Le Zytiga fait partie de cette catégorie de traitements, la scientifique estime que seulement 10% de la dose totale est réellement absorbée par l’organisme. “En plus de cela, les patients doivent jeûner deux heures avant de le prendre et attendre ensuite une heure après la prise du médicament avant de manger, pour garantir une bonne absorption.” 

Un traitement moins dosé, mais plus efficace

La nouvelle formulation du médicament utilise l’huile pour administrer la dose : l’abiratérone acétate est dissout dans une huile spécifique et ensuite encapsulé dans des microparticules de silice, puis réduit en poudre et enfin transformé en tablette ou en capsule. “Nous utilisons des huiles pour mimer les effets de la nourriture, nous sommes capables d’améliorer la solubilisation du médicament et son absorption, en le rendant plus efficace et moins invasif pour les patients.” D’après leur étude pré-clinique, la nouvelle formule était 40 % plus efficace que l’ancienne, alors que la dose était moins importante : elle est passée de 1 000 à 700 mg par jour. L’équipe de recherche espère pouvoir lancer les études cliniques dans deux ans. « Cette nouvelle formulation est suffisamment flexible pour être utilisée pour des milliers d’autres médicaments, complète Clive Prestidge, directeur du groupe de recherche, son potentiel est exponentiel.”

Un cancer fréquent

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez les hommes de plus de 50 ans. Il est dû au développement anormal de certaines cellules prostatiques. Chaque année, environ 9 000 personnes en décèdent. 

Share on facebook
Share on pinterest
Share on twitter
Share on tumblr
Archives

Laisser un commentaire